Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 20:41

C'est LA rando de l'été, une vraie belle et grande.... Au menu, 4 cols, des passages à 3000 mètres, une descente vertigineuse, 2 nuits en refuge, deux traversées de frontières, 40 km de marche.

 

Participants : Maud, Eliot, Emma, Vincent

 

Départ : St Ours

 

Circuit : Tour du Brec du Chambeyron

 

Difficulté : pas mal avec une descente en Italie pour coeurs bien accrochés

 

 

DSC02297.JPGDépart donc le jeudi 26 juillet de Gap. St Ours se situe un peu au Nord de Barcelonette, environ 1h30 de route de Gap. Départ du petit village (1775m) pour une première montée régulière vers le col du Vallonet (2524 m). Sur le chemin, on aperçoit une multitude de fort, perché dans des endroits improbables, vestiges de cette zone frontalière entre la France et l'Italie.  Du col du Vallonet, on redescent un peu, pour effectuer une grosse remontée vers le pas de la Couletta (2752 m). Là, une vue superbe sur le lac Premier qui jouxte le refuge de Chambeyron, notre première étape.

 

 

 

 

DSC02332.JPGDeuxième étape dans un décors toute de suite "haute montagne" puisqu'il n'y a presque plus de végétation. En rien de temps, notre petite troupe va arriver au sommet de la journée, le col de la Gypière (2927 m), qui est aussi la frontière avec l'Italie, juste à côté du superbe lac des 9 couleurs.  De là, on redescend tranquillement vers le refuge de Campo Base en Italie (1640 m).  Durant une bonne partie de la journée, on cheminera donc, entourée par d'immense montagne. Sauf qu'à force de marcher sans "avaler de dénivelé", à un moment, il se présente devant nous.... Le chemin qui descend à côté de la cascade di Stropia est sans doute l'un des plus vertigineux que l'on ait eu à faire. Une sorte d'escalier à flanc de montagne, sur une largeur de 80 cm environ, avec une falaise à pic d'environ 500 m de haut.  Le début est très impressionnant, ils ont d'ailleurs mis une corde pour sur la falaise pour servir de main courante...... ça devient encore plus impressionnant quand la corde s'arrête.... Bref, un gros moment de stress pour tout le monde. Maud et Emma devant  (Emma pas si stressé puisqu'elle continuait à cueillir des fleurs dans la descente, sans doute l'habitude de l'escalade...). Vincent et Eliot, accroché ensemble avec la corde, à l'arrière.  Pour dire que le moment n'aura pas été le plus joyeux, c'est que j'ai complètement zappé l'appareil photo sur le moment. Pourtant, avec le recul, c'était vraiment une photo à faire. Bon, en tout cas, pas forcément à conseiller avec des enfants....  Du coup, à force de prendre notre temps dans la première partie de la descente, puis de descendre avec un maximum de sécurité sur la partie dangereuse, on sera presque à la merci de l'orage sur la fin de ballade. Cette journée se finit toutefois parfaitement avec l'arrivée au refuge de Campo Base, en Italie. Des beaux esquimaux italiens pour les enfants pour patienter jusqu'au repos. Une douche pour tout le monde et une petite chambre pour tous les quatre dans ce refuge qui est comme son nom l'indique, plus un camp de base qu'un refuge de montagne. Le soir, on aura droit à un repas plus proche de celui d'un restaurant que d'un refuge pour une somme modique.

 

DSC02350.JPGLe troisième jour commence dès la veille avec la préparation mentale entreprise par Maud et moi pour motiver les enfants sur une dernière journée physique. De Campo Base (1640 m), nous devons rejoindre le col de Sautron (2685 m) pour repasser en France. Cette montée est magnifique par le paysage, et aussi par le rythme de la rando, très agréable, régulière. Les enfants monteront comme des chefs. On arrive même à rattraper un couple de marcheurs, partis du refuge au moment où on allait prendre notre petit dej (ça leur à d'ailleurs mis un petit coup au moral de se faire "rattraper" par des enfants de 12 et 8 ans...). Du col du Sautron, la ballade devient plus facile, mais assez longue car nous sommes encore très éloigné de notre point de départ. Mais finalement, quand on anticipe un peu le pire ( la montée va être très dure, la descente très longue), on trouve des fois les choses plus faciles que prévues. si sur les deux premières journées, on avait un peu de retard sur les temps donnés sur notre topo. On s'en sortira comme des chefs sur la troisième journée en étant dans les clous.... (7h30 de marche quand même).

 

A l'arrivée à St Ours, on mettra les pieds dans la fontaine glacée, prélude à la récompense ultime promise aux enfants (et aux parents héhéhé ) avant la randonnée, une après-midi le lundi suivant, aux thermes de monétier les bains.... entre piscine glacée, sauna, bain bouillonnant, cascade, le tout avec une vue panoramique sur la vallée briançonnaise.... excellente récupération physique et morale  Bilan excellent donc pour ces trois jours de vrais randonnées avec nos grands. Ils ont marché comme des chefs et du coup, on a pris rendez vous pour l'été prochain.

Partager cet article
Repost0

commentaires